Établir une stratégie emailing réussie

Le chargé du webmarketing assure toujours un travail de longue haleine, qu’il souhaite lancer l’e-mail marketing ou revoir la stratégie adoptée. Il doit ainsi suivre différentes étapes. Elles vont de la création d’une liste de contacts jusqu’à la conception des e-mails marketing engageants.

Développement d’une liste de contacts

La création, suivie du développement d’une liste de contacts constitue la première étape obligatoire. Pour une stratégie emailing bien définie, il ne faut pas se contenter de ses abonnés. L’on doit se consacrer entièrement à l’élargissement de l’horizon d’e-mails. À partir de son site Internet, un nouvel entrepreneur peut bel et bien se lancer à la constitution d’une liste de contacts.

Les visiteurs voient les produits et services qui y sont exposés et commencent à s’y intéresser. L’idéal reste ainsi de les inviter à s’inscrire sur sa plateforme. Il est également possible de les tenir au courant de toutes les bonnes raisons de se souscrire à la newsletter.

Définition des objectifs

En répondant à la question « pourquoi envoyer des e-mails ? », le webmarketeur parvient à une stratégie claire. Ainsi, le support marketing utilisé sera plus que fructueux. Cet expert du web n’a qu’à s’attendre à des retours sur investissement.

Il peut aussi procéder à la comparaison des techniques de campagnes en vigueur pour rencontrer le succès. Le résultat ouvrira à coup sûr vers une indication précise de retour sur investissement. Il aidera également le professionnel à trouver la meilleure technique pour le booster.

Planification des campagnes

Une fois les objectifs définis, il suffit de procéder à la planification proprement dite des campagnes. Pour ce faire, il faut avoir en main la liste des contacts créée lors de la toute première étape. Les e-mails à envoyer doivent contenir des informations personnalisées qui sont basées surtout sur les objectifs.

Parmi les éléments à disposition des destinataires s’insèrent l’objet de l’e-mail, le nom de l’envoyeur et la préface. Cette dernière doit être rédigée de manière à capter leur attention. L’on distingue également le « Call to action ». Il s’agit, en effet, d’une information basée sur les objectifs principaux de la campagne.

Création d’e-mails engageants

Une entreprise doit chercher à se faire remarquer en concevant des e-mails responsive. Actuellement, plus de 50 % des courriels électroniques sont accessibles via des appareils mobiles. Les cibles s’intéressent ainsi mieux à des e-mails favorisant la mobilité. Elles ne réagissent pas non plus positivement face à un contenu difficile à lire ou incompréhensible.

Un webmarketeur connaît très bien le secret pour délivrer efficacement un courriel. Il évite à tout prix les contenus trop volumineux. Il maîtrise également la taille idéale pour les images. Il ne néglige pas non plus le texte idéal, afin que l’e-mail ne fasse pas partie des spams.

Les erreurs à ne pas faire pendant la prospection en ligne

Depuis quelques années, l’auto entrepreneuriat bat son plein en France, comme dans le monde entier. Et la situation ne risque pas de s’améliorer. Cette année, investir dans sa propre entreprise est l’archétype même du meilleur placement à faire. Cela implique donc de mettre en place une bonne stratégie de prospection en ligne afin de demeurer concurrentiel sur le marché. Voici donc quelques erreurs que vous devez éviter pour assurer la réussite de vos démarches.

Les articles trop promotionnels

Ce n’est pas nouveau ! Les internautes n’apprécient guère les contenus trop promotionnels. Certes, vous devez présenter les avantages de vos produits. Mais il faut en soigner la tournure. Les rédacteurs misent actuellement sur un style plus convivial et plus personnel pour créer des contenus plus attractifs. Ils mettent en avant les besoins des clients avant de souligner les solutions apportées par les prestataires. Un moyen plus simple et plus personnalisé de capter l’attention des lectorats.

Toutefois, le choix d’un ton neutre n’implique pas que les contenus doivent être légers. Un contenu optimisé est de rigueur si vous souhaitez impacter sur votre position dans les résultats des recherches.

Une stratégie de marketing à l’aveuglette

Éviter de vous lancer dans les méandres de la prospection en ligne à l’aveuglette. Cela risque de vous faire perdre du temps et de l’argent. Le meilleur moyen pour devancer vos concurrents est de commencer par une étude de marché. Définissez un objectif précis à vos plans marketing. Ce peut être l’obtention de nouveaux prospects ou d’une nouvelle part de marché.

Vous devez également connaître votre public cible. Le rédacteur et les promoteurs pourront alors adopter le ton et les styles de prospection à utiliser selon les critères et les besoins de ces derniers.

Enfin, avoir une stratégie précise permettra de trouver les meilleurs canaux de diffusion possible. Le choix dépendra de votre domaine d’activité.

S’endormir sur ses lauriers

Quand bien même vous réussirez à figurer sur la première page des résultats de Google, ne criez pas victoire tout de suite. C’est souvent l’erreur que font les jeunes entreprises. La concurrence est de plus en plus rude sur le marché du web. Il faut entretenir sans cesse votre site, vos techniques de prospection et vos référencements. Le cas échéant, vous risquez de tomber dans les oubliettes aussi rapidement que vous vous serez affiché en haut du podium.

Les experts insistent sur ce point : le référencement d’un site est un travail de longue haleine. Il faut non seulement plusieurs mois pour obtenir les 10 premières pages. Mais il faut également mettre à jour régulièrement son site pour demeurer sur le haut du panier.

Un contenu optimisé : l’essentiel à savoir pour le réussir

Avoir un contenu optimisé est la base même du référencement SEO. Il faut être un expert en rédaction web pour proposer des articles de qualité et à la hauteur des attentes des moteurs de recherche. Voici notamment quelques essentiels à savoir pour réussir dans ce domaine.

Les bases de la rédaction web

La base de la création d’un contenu optimisé se trouve dans les normes de la rédaction web classique. Le rédacteur doit pouvoir créer des contenus avec un ton neutre. Les textes doivent toujours être informatifs. Contrairement aux rédactions que l’on a l’habitude de faire en classe, on doit donner les principaux renseignements dès le début du texte. Les illustrations, en mots ou en images, doivent venir plus tard. C’est un moyen comme un autre afin de capter l’attention des visiteurs du site. C’est la technique dite de « l’entonnoir inversé ».

Ces bases s’appliquent tout aussi bien pour la rédaction de blog, de fiche produit ou d’article de site. Comme quoi, il ne s’agit pas uniquement de respecter les règles de grammaire et d’orthographe.

Le choix des mots clés

Qui dit contenu optimisé entend aussi utilisation de mots clés. Le choix de ces termes est d’une importance capitale. Et pour cause, c’est sur la base de ces derniers que les internautes vont faire leur recherche. Selon que l’on ait choisi les mots clés les plus usités dans un secteur d’activité ou un autre, le site pourra ou non s’afficher plus rapidement en première page des résultats.

Les rédacteurs peuvent se faire aider de plusieurs logiciels pour le choix de ces mots clés. En effet, il ne suffit pas de trouver des termes utilisés fréquemment. Il faut également faire preuve d’originalité et essayer d’inclure dans le texte des termes originaux. Parmi ces programmes, Google Adwords est le plus célèbre de tous.

Les liens sources : comment les trouver ?

Les liens sources devront être inclus dans le texte via les mots clés. Sur Word, il s’agirait d’intégrer les empreintes des sites dans une phrase ou un mot. C’est une démarche relativement facile à faire. Le plus dur étant de choisir ces liens.

Pour une campagne SEO de qualité, utiliser le premier lien n’est pas la meilleure solution. La qualité des contenus de ce site pourra impacter sur la réputation de son entreprise. En outre, les robots traqueurs de Google jugent les plateformes qui collaborent sur le même pied d’égalité. Quelques critères de sélection s’avèrent donc de mise.

Le meilleur lien source est celui qui a été indexé depuis plusieurs années. Il doit cumuler de nombreuses visites par jour ou par semaine. Il doit bien évidemment toucher le même public cible que son partenaire. Enfin, il doit avoir des contenus uniques et de qualité.

Le marketing d’influence : qu’est-ce que c’est ?

Vous avez aujourd’hui l’embarras du choix en ce qui concerne les techniques de marketing. Selon votre domaine d’intervention, et votre budget disponible, vous pouvez personnaliser votre stratégie de prospection. Pourquoi ne pas envisager le marketing d’influence ?

Une base du digital marketing

Le marketing d’influence fait aujourd’hui partie des bases du digital marketing. À ce titre, c’est une stratégie que vous devez mettre en place en ligne. Elle s’adapte aussi bien pour les entreprises digitales que les entreprises physiques avec un simple site vitrine. Et la majorité des domaines d’activité en font usage.

La prestation est disponible auprès des agences de communication. Elles vous proposent un accompagnement de A à Z. Elles analysent en amont votre situation et votre public cible. Elles vous proposent ensuite une liste d’influenceurs en ligne qui pourrait affecter négativement sur votre visibilité.

Choisir le bon influenceur

Pour faire du marketing d’influence, vous devez travailler de concert avec un influenceur. Ce sont des personnages publics d’une grande renommée sur la toile. On peut les classer selon leur réputation et le nombre de leurs followers. Pour information, les influenceurs travaillent généralement sur les réseaux sociaux. On peut citer entre autres Facebook, Twitter, ou YouTube.

Un influenceur doit avoir le sens du marketing et de la vente. Il ne suffit pas d’être une star de la téléréalité pour vendre un produit. Il faut aussi avoir le sens de la formule et l’ascendant sur ses followers. Pour évaluer les réelles compétences de ce genre de prestataire, il ne faut pas uniquement se fier à sa page. Il faut aussi vérifier sa réputation.

Il y a des influenceurs spécifiques pour chaque domaine d’activité. Les restaurants, les établissements hôteliers, etc. : tout le monde peut en faire usage. Il en est de même pour les marques de produits cosmétiques et les produits de grossesses et bien d’autres encore.

Un gain de visibilité optimale pour votre marque

Le but est le même. Le marketing d’influence permet de gagner en visibilité sur le net et sur le marché. D’une marque à une autre et selon les prestataires, les entreprises peuvent gagner jusqu’à 30 % de chiffre d’affaires en plus. Les influenceurs font bien plus que de présenter les produits. Ils en vantent les mérites pour booster les ventes de leurs employeurs. Mais contrairement aux commerciaux classiques et les spécialistes de VAD, ils ne sont pas payés par commission. La paye sera fixée selon la réputation de l’influenceur. Le contrat devra être discuté entre vous et les agences de communication.

Le marketing d’influence peut servir dans bien des occasions. Ce peut être pour lancer un nouveau produit ou vous prospectez pour un accessoire qui a du mal être vendu.

Le SEO : faut-il croire aux promesses des agences web ?

C’est un fait ! Pour garantir la réussite de votre entreprise, vous devez passer par le référencement naturel ou le SEO. Vous devez pour ce faire demander l’aide des agences web. Afin de faire le tri entre tous les prestataires, on se base généralement sur les promesses que ces dernières font. Mais est-ce réellement une bonne idée ?

De quelles promesses parle-t-on ?

Pour vanter les mérites de leur agence web, les prestataires ne manquent pas d’arguments. Elles peuvent vous promettre un affichage de votre site sur la première page de Google. Elles peuvent également vous proposer un référencement rapide et pérenne.

Elles expliquent afin de soutenir leurs prestations leurs techniques. Elles pensent choisir avec minutie les liens sources. Elles s’attardent sur la modération de contenu. Et elles font une analyse de votre public cible afin de vous proposer des solutions SEO personnalisées. Le tout sera à votre disposition à un prix modique. Car, quand bien même le SEO serait gratuit, leur savoir-faire et leur temps ne le sont pas.

Les agences SEO n’ont pas une obligation de résultat

Mais attention, les agences SEO ne sont pas soumises à une obligation de résultat. Selon la loi, elles ne sont liées à leur client que par une obligation de moyen. C’est-à-dire qu’elles ne vous doivent que de fournir tous les moyens et les efforts qui sont à leur disposition. Le rendu final du SEO reste inconnu.

Par ailleurs, un référencement SEO prend du temps. Il est impossible de garantir un affichage sur la première page de Google en quelques semaines. En moyenne, il faut des mois de travail pour ce faire. Après quoi, il faudra entretenir fréquemment le SEO afin de demeurer dans le top des résultats.

Il est difficile de prévoir le comportement des internautes sur la toile

L’obligation de moyen des agences SEO s’explique facilement. Il est impossible de prévoir le comportement des internautes. Pourtant, le positionnement d’un site dépend essentiellement du nombre de visites. Les agences SEO, aussi compétentes soient-elles, ne peuvent forcer les internautes à se connecter sur une page plutôt qu’une autre.

En outre, la concurrence devient de plus en plus rude sur la toile. En France notamment, on assiste à une recrudescence de l’auto entrepreneuriat. Et tous les prestataires doivent avoir un site pour optimiser les chances de réussite de leur activité. Un lien source et un canal de diffusion peuvent devenir obsolètes du jour au lendemain. D’où l’importance de toujours faire une analyse de sa page et d’entretenir sa stratégie SEO. Malgré tout, ne serait-ce que pour cette démarche, les agences SEO sont des alliés d’une grande importance pour le bon développement de votre activité.

Ce que vous devez savoir sur la modération de contenu

La modération de contenu est aussi une étape fondamentale de votre référencement. C’est une démarche à part du référencement et de l’optimisation. Les agences web peuvent vous en proposer si besoin.

Une meilleure présentation de vos articles

La modération de contenu est une manière de présenter vos articles. Le modérateur soutient le travail des rédacteurs. Ils modifient l’emplacement de certains paragraphes. Ils insèrent quelques nouvelles informations si besoin. Ils peuvent même supprimer certaines parties. Le but est d’avoir un article concis et attractif pour les internautes. Il faut savoir que ceux qui se connectent sur le net sont surtout à la recherche d’informations claires, et ce, rapidement.

La modération de contenu constitue d’une des bases de la réputation de votre page. Elle donne en effet plus d’esthétique à votre site. Les techniques à utiliser pour ce faire varient selon votre zone d’intervention et votre public cible. Les prestataires prennent d’abord le temps de consulter les articles et votre interface avant de proposer des solutions.

Les images et les vidéos : des must pour l’optimisation de contenu

De nos jours, la modération de contenu utilise beaucoup d’images et de vidéo. C’est aussi une technique afin de donner un peu plus de volume aux sites. Les robots traqueurs de Google ont moins de mal à trouver les sites qui sont plus imposants.

Néanmoins, il ne faut pas utiliser n’importe quel fichier. Il faut des images de qualités. Ils servent après tout à la fois d’exemple et de décoration de l’article. Ils rendent le contenu plus intéressant. De quoi optimiser la visibilité et la réputation de votre site.

Les images en question doivent être placées de manière stratégique. Afin d’éviter les duplicates contents, optez pour des fichiers sans copyright. En ligne, il y a des banques de données d’image tout public.

La modération : un gage de réussite du référencement

La modération est l’une des bases pour garantir la réussite de votre référencement. Différence de l’optimisation de contenu, elle en fait pourtant partie intégrante. La bonne présentation des articles et des mots clefs facilite la recherche et l’insertion des liens sources.

En outre, la modération permet d’attirer plus de lectorat sur votre page. Plus votre site est visité, plus vous serez facile à trouver pour les robots traqueurs de Google. La réussite du SEO dépend essentiellement du comportement des internautes.

À titre de rappel, Google a récemment les règles du référencement. Il faut avoir un article unique, attractif, mais aussi assez imposant pour se positionner. En moyenne, un contenu devra faire 500 mots. Les prestations d’un modérateur pour donner plus de volume à vos articles ne semblent donc pas superflues. Cela pourrait impacter sur la réussite de votre activité.

Se protéger davantage par la compréhension du mécanisme des attaques web

Les attaques web se développent de plus en plus aujourd’hui. Il s’agit même d’un problème à l’échelle mondiale. De nombreux malwares piratent chaque jour, des systèmes et serveurs importants. Heureusement, il est possible d’y remédier. La connaissance du mécanisme des attaques web en est un début.

Les services web sont vulnérables

Les outils informatiques sont des appareils indispensables pour l’humanité. Tous les dossiers et programmes de toutes sortes sont traités à partir de ces derniers. Néanmoins, ils peuvent aussi connaître des failles. La sécurité en est un exemple. De nombreux virus attaquent toujours ces derniers, malgré les aménagements effectués par les concepteurs. Cette vulnérabilité peut atteindre plusieurs types de programmes. Le serveur ou l’URL en sont des exemples.

Le serveur est le premier système le plus attaqué. Néanmoins, grâce à un renforcement de sécurité important, les attaques se font rares.
L’URL est aussi fortement utilisée par les pirates pour modifier le résultat du serveur web. Pour cela, plusieurs processus peuvent être effectués. Le hacker peut injecter des commandes SQL dans l’URL ou appliquer un code HTML.

L’injection des commandes SQL

Appelé Structured Query Language, le SQL est un langage permettant de se communiquer avec une base de données. Pour y parvenir, l’attaquant va introduire des commandes dans le SQL, afin d’accéder à la base de données. Il va ensuite modifier le site web, le télécharger ou même le supprimer. 

Les différents types d’attaques

Il existe plusieurs façons d’infecter le service web. Le pirate informatique peut attaquer les réseaux, le système ou les sites web.

L’attaque de réseaux consiste surtout à la manipulation du service web. Il peut s’agir d’une attaque par déni de service ou DOS en anglais. Elle consiste à rendre un service web, inaccessible durant un temps déterminé. L’utilisateur ne pourra donc pas voir le site durant la manipulation. Ce type d’attaque est facile à appliquer. Il suffit, soit d’inonder le réseau par des requêtes pour perturber son fonctionnement, soit perturber la connexion.
L’attaque peut également se faire par le biais du balayage de port ou usurpation d’IP. Le balayage est effectué dans le but de trouver les ports ouverts à l’intérieur d’un serveur de réseau. Quant à l’usurpation d’IP, elle consiste à envoyer plusieurs adresses IP sur l’ordinateur, afin de masquer la vraie identité.
Les attaques du système se font soit par « l’écran bleu de la mort », soit par « fork bumb ». Le premier consiste à afficher une erreur sur l’ordinateur. Le second est une création de grands nombres de processus afin de saturer l’espace disponible.
Les mots de passe peuvent être aussi manipulés grâce à des systèmes de piratage. Parmi eux, on peut citer l’utilisation de la force brute ou l’attaque par dictionnaire.
Enfin, les attaques de sites web consistent à injecter des codes et des langages afin de modifier le rendu du site.

Connaître la programmation, indispensable pour devenir un bon développeur

Le monde de l’informatique vous passionne ? Vous souhaitez devenir un bon développeur web, doué et expérimenté ? Alors, vous devez d’abord connaître la programmation. Celle-ci est, en effet, la principale activité d’un développeur web. Alors, qu’est-ce que la programmation ? Et comment faire pour la maîtriser ?

La programmation : qu’est-ce donc ?

L’exécution de l’ordinateur se fait par le biais des programmes. Ces programmes sont présentés comme des logiciels. Sans ces derniers, l’ordinateur ne pourrait pas fonctionner ou exécuter des tâches. La programmation consiste donc à créer et à concevoir des logiciels, qui vont effectuer une tâche spécifique. Cette activité est effectuée par le développeur web. Il va utiliser ses connaissances en programmation, pour réaliser des applications spécifiques.

La programmation s’effectue par l’intermédiaire de plusieurs langages informatiques. Il s’agit de l’écriture du programme, avec des vocabulaires particuliers. La longueur des écritures varie en fonction des actions du logiciel. Plus les actions sont abondantes, plus on utilise des langages informatiques. D’ailleurs, il existe des centaines de langages, en matière de programmation. Parmi les plus utilisés, on peut citer : le JavaScript, le Python, le Java, le C++ ou le PHP. Néanmoins, leur utilisation dépend de la fonctionnalité du programme.

Comment maîtriser la programmation ? 

Si vous souhaitez devenir un bon développeur, vous devez d’abord maîtriser la programmation.

Pour cela, vous devez connaître plusieurs langages informatiques. Si vous débutez dans le domaine, vous pouvez commencer par choisir un langage spécifique. Tous les langages de programmation ont leur propre fonctionnalité. Vous devez donc apprendre la spécificité, l’utilité et la position de ce langage. Puis, continuez avec des langages plus complexes. Au fil du temps, vous finirez par maîtriser des centaines d’écritures informatiques.

Il est également possible de prendre des cours sur la programmation. En effet, cette dernière ne se limite pas aux langages informatiques. Il existe aussi d’autres compétences à connaître. En vous inscrivant à un cours, vous aurez l’assurance de bien maîtriser la programmation. Plusieurs universités inscrivent déjà la programmation dans leurs spécialités. Vous pouvez ainsi les intégrer. Vous pouvez aussi recourir à des universités en ligne, qui enseignent les cours via internet. Enfin, vous pouvez apprendre par vous-même, par l’intermédiaire des tutoriels en ligne ou des livres de référence.

Pour finir, vous ne devez jamais arrêter de programmer. Cela permet de vous familiariser avec le monde de la programmation. De même, faites des recherches régulièrement. La programmation est un domaine complexe. De nouvelles découvertes peuvent apparaître tous les jours.

Quelques qualités d’un bon programmeur web

Mis à part les compétences techniques, plusieurs qualités sont aussi requises chez un programmeur. Tout d’abord, vous devez beaucoup pratiquer. Cela permet de renforcer votre compétence et de corriger vos erreurs. Ensuite, soyez courageux et curieux. Enfin, vous devez pousser vos limites et améliorer davantage votre performance.

 

L’informatique quantique, ce qu’il faut savoir

Aujourd’hui, le monde numérique se développe exponentiellement. Les outils informatiques existants n’arrivent plus à les contenir et à les maîtriser. Pour y remédier, les scientifiques ont trouvé une idée ingénieuse : l’informatique quantique. Ce nouveau système pourrait changer notre monde à tout jamais.

La physique quantique : un élément essentiel pour comprendre l’informatique quantique

Pour connaître le sens de l’informatique quantique, il faut d’abord comprendre la physique quantique. Elle est apparue au XXe siècle. Les physiciens se sont rendu compte de l’insuffisance de la physique classique. Cette dernière n’arrivait pas à expliquer les indéterminations apportées par les particules. La physique quantique servait donc à les résoudre.

La physique quantique est basée sur les amplitudes de probabilités. Cela signifie que toute chose est indéterminée. Elle a une probabilité de réussite, tout comme une probabilité de perte. Il existe donc un phénomène d’interférence et de diffraction.

Par ailleurs, la physique quantique utilise beaucoup l’énergie quantifiée. Grâce à celle-ci, elle arrive à expliquer tous les domaines d’application de la physique comme l’optique, la chimie ou la mécanique.

L’informatique quantique : un dérivé de la physique quantique

L’informatique quantique s’inspire de la physique quantique. Néanmoins, il s’applique dans le domaine numérique.
Les ordinateurs et outils informatiques sont fortement utilisés aujourd’hui. Ils arrivent à stocker et à réaliser plusieurs programmes. Toutefois, ils sont limités. Ils sont incapables d’héberger des données à valeur exponentielle. Or, ces dernières ne cessent de s’accroître. Grâce à l’informatique quantique, ce problème peut être contré. Il est effectivement capable de stocker des données à l’infini. Pour y parvenir, il utilise le système de particule.

L’informatique et les calculs quantiques

La particule est une matière importante dans l’informatique quantique. Il sera l’élément central du processeur quantique. 

Le processeur quantique va utiliser deux systèmes pour fonctionner : les fonctions d’onde et le qubit.

Les fonctions d’onde sont surtout utilisées dans le domaine de la mécanique. Elles servent à déterminer les différentes probabilités d’une particule. Des calculs d’équations sont ajoutés à celles-ci. Cet ensemble d’éléments va révéler plusieurs états à la fois. Le résultat sera alors indéterminé et incertain. Pour obtenir le bon résultat, il faut se tourner vers le qubit.

Le qubit est l’équivalent du bit dans les ordinateurs classiques. Toutefois, il a une valeur exponentielle, par rapport à ce dernier. En effet, il est représenté comme l’information la plus petite dans l’informatique quantique. Il est aussi utilisé pour résoudre la probabilité de la particule. Pour cela, 2 hypothèses peuvent survenir : soit il révèle l’un des états émis par les ondes, soit il associe tous les états. On parle alors de combinaison linéaire. Le qubit prend alors la valeur de l’état mesuré.

Il est à noter que l’informatique quantique n’est qu’à sa genèse actuellement. De nombreux processus sont encore en cours d’’exécution. Néanmoins, il promet une révolution importante pour le monde numérique.