Les bases de la pyramide inversée

La pyramide inversée est une méthode de rédaction destinée aux professionnels. Elle consiste à hiérarchiser les informations en allant du plus important au moins important, du plus précis au plus abstrait, du général aux détails. Adapté au format web, le plan de la pyramide inversée a pour objectif de fournir immédiatement l’information essentielle. Pas de suspens en rédaction !

Le plan de la pyramide inversée contient 3 parties : le titre, le chapeau, et les sous-titres.

Le titre

Le titre est un ensemble de mots percutant, qui donne envie de dévorer l’article. Il contient les mots-clés de la rédaction. L’information essentielle doit s’y trouver. Le titre donne une première impression aux lecteurs. Pour attirer leur attention, il doit alors être très accrocheur et mystérieux.

Le chapeau ou chapô

Le chapeau résume le texte. Il doit être très clair, de sorte que le lecteur peut ne pas lire l’article en entier tout en sachant ce qu’il contient. Le chapeau répond en principes aux 4 W (What ? Who ? When et Where ?), c’est-à-dire : de quoi s’agit-il ? De qui s’agit-il ? Où et quand la scène s’est-elle produite ?

Le premier paragraphe

Le premier paragraphe présente de façon plus détaillée les informations dites précédemment. Il répond aux mêmes questions que le chapeau, mais d’une manière plus précise. À part les 4W (Quoi ? Qui ? Où ? Quand ?), le premier paragraphe va entrer dans les détails et répondre à la question : pourquoi. Les informations, toujours hiérarchisées, viennent de l’essentiel à l’accessoire.

Le second paragraphe

Comme les informations sont toutes expliquées dans le premier paragraphe, le deuxième est facultatif. Celui-ci entre dans des détails plus profonds en répondant par exemple aux questions comment et/ou combien. Le rédacteur doit développer ce paragraphe plus longuement, en y mettant plus de précisions possibles sur le fait. Cette partie peut être une sensibilisation, invitant les internautes à agir.

Les informations complémentaires

Les informations complémentaires ou accessoires sont à mettre à la fin de la rédaction. Elles contiennent des propos ne pouvant pas être placés dans le texte. Dans ce paragraphe, sont cités : la présentation de l’auteur, les sources de la rédaction, ainsi que les articles relatifs au contenu.

Affichage dynamique : quelle importance pour votre entreprise ?

On parle de plus en plus de l’affichage dynamique actuellement. Ce peut être sur le net comme dans les agences de communication. Et si pour les experts en la matière, cette nouvelle technique de prospection n’a plus aucun secret, certains particuliers et auto entrepreneurs se posent toujours des questions. Le point.

Comment ça marche ?

L’affichage dynamique est une astuce marketing qui vient de sortir. Et déjà, les grandes marques et les start-ups se l’arrachent. Il s’agit d’une démarche par laquelle il faut soigner la présentation de son site, de ses interfaces, mais surtout de ses contenus. Si on fait quelques recherches sur le net, rares sont les sites qui ne présentent pas d’images ou de fichiers vidéo comme illustrations de nos jours. Cela donne en effet du corps aux textes. Sans compter que cela permet de capter plus facilement l’attention des internautes.

Plusieurs logiciels peuvent intervenir pour assurer l’affichage dynamique d’un site. Les chatbots ou agents conversationnels sont entre autres des alternatives intéressantes. Ce sont des outils de prospection personnalisée qui facilitent les recherches des produits pour les clients.

Un gage d’une meilleure visibilité sur le net

L’affichage dynamique garantit une meilleure visibilité sur le net. Ce qui non seulement peut impacter sur le positionnement du site, mais pourra également avoir des incidences sur les chiffres d’affaires. Selon les sondages, les sites qui proposent un affichage dynamique récoltent plus de clics en une journée que les plateformes classiques.

En outre, cette technique met en valeur les produits et services. Il n’y a rien de tel qu’une photo pour expliquer clairement les avantages et le style des prestations. On ne perd pas de temps et des mots à expliquer.

Comment réussir l’affichage dynamique de votre site ?

Pour réussir l’affichage dynamique d’un site, faire appel à un expert en communication est de mise. Par exemple, l’intégration des images est du ressort d’un modérateur web. C’est aussi le cas de la modification de la présentation des articles et des informations. Pour ce qui est des logiciels de chatbot, il faut être un expert pour les personnaliser et les intégrer aux sites.

Les professionnels en question sont disponibles auprès des agences web. Ils peuvent intervenir sur les nouveaux sites ou sur d’anciennes plateformes qui ont du mal à décoller. Dans un cas comme dans l’autre, un diagnostic de la situation, des besoins et des impératifs du client sera lancé avant de proposer quelques solutions que ce soient. Les agences web ne proposent que des services personnalisés. C’est le gage de la satisfaction de leur client. Bien évidemment, cela implique aussi que les devis des interventions ne sont pas fixés à l’avance.

Ce que vous devez savoir sur la modération de contenu

La modération de contenu est aussi une étape fondamentale de votre référencement. C’est une démarche à part du référencement et de l’optimisation. Les agences web peuvent vous en proposer si besoin.

Une meilleure présentation de vos articles

La modération de contenu est une manière de présenter vos articles. Le modérateur soutient le travail des rédacteurs. Ils modifient l’emplacement de certains paragraphes. Ils insèrent quelques nouvelles informations si besoin. Ils peuvent même supprimer certaines parties. Le but est d’avoir un article concis et attractif pour les internautes. Il faut savoir que ceux qui se connectent sur le net sont surtout à la recherche d’informations claires, et ce, rapidement.

La modération de contenu constitue d’une des bases de la réputation de votre page. Elle donne en effet plus d’esthétique à votre site. Les techniques à utiliser pour ce faire varient selon votre zone d’intervention et votre public cible. Les prestataires prennent d’abord le temps de consulter les articles et votre interface avant de proposer des solutions.

Les images et les vidéos : des must pour l’optimisation de contenu

De nos jours, la modération de contenu utilise beaucoup d’images et de vidéo. C’est aussi une technique afin de donner un peu plus de volume aux sites. Les robots traqueurs de Google ont moins de mal à trouver les sites qui sont plus imposants.

Néanmoins, il ne faut pas utiliser n’importe quel fichier. Il faut des images de qualités. Ils servent après tout à la fois d’exemple et de décoration de l’article. Ils rendent le contenu plus intéressant. De quoi optimiser la visibilité et la réputation de votre site.

Les images en question doivent être placées de manière stratégique. Afin d’éviter les duplicates contents, optez pour des fichiers sans copyright. En ligne, il y a des banques de données d’image tout public.

La modération : un gage de réussite du référencement

La modération est l’une des bases pour garantir la réussite de votre référencement. Différence de l’optimisation de contenu, elle en fait pourtant partie intégrante. La bonne présentation des articles et des mots clefs facilite la recherche et l’insertion des liens sources.

En outre, la modération permet d’attirer plus de lectorat sur votre page. Plus votre site est visité, plus vous serez facile à trouver pour les robots traqueurs de Google. La réussite du SEO dépend essentiellement du comportement des internautes.

À titre de rappel, Google a récemment les règles du référencement. Il faut avoir un article unique, attractif, mais aussi assez imposant pour se positionner. En moyenne, un contenu devra faire 500 mots. Les prestations d’un modérateur pour donner plus de volume à vos articles ne semblent donc pas superflues. Cela pourrait impacter sur la réussite de votre activité.

Le baromètre du contenu digital en 2018

Depuis l’année 2012, l’agence éditoriale et de contenu Scoopitone effectue un baromètre annuel sur tous les contenus digitaux. Dans ce dernier, il met en lumière tous les grands changements et toutes les nouvelles tendances en termes de contenu digital. Et l’année 2017 n’échappe pas à la règle. Suite à un questionnaire effectué sur plus de 210 managers et collaborateurs (travaillant dans plusieurs secteurs éparpillés dont essentiellement le marketing, la communication et le digital), il n’a pas tardé à dévoiler au grand public tout ce qui se fait désormais. Outre les grandes lignes, il est également à préciser que 81 % des professionnels interrogés affirment, combien il est important de tourner le contenu vers un aspect plus digital.

La place de la vidéo dans le contenu

Certes, le texte est toujours aussi présent de nos jours. D’ailleurs, il est considéré, comme étant le principal conducteur de messages. Mais le temps passe et d’autres éléments sont mis en avant. C’est le cas des contenus vidéos. En effet, l’on remarque une grande montée en puissance de la présence de ce contenu dans les sites internet et également les réseaux sociaux. Selon les statistiques, le succès des vidéos n’est pas prêt à diminuer avec les années. Une tendance à suivre de près.

Le nouveau rôle du contenu

Qu’il soit digital ou non, le contenu est le pilier fondamental de toute communication. Sur le papier comme digitalement parlant, il faut mettre en avant des objectifs précis avant de se lancer dans la création de contenu. Et c’est au niveau de cet objectif que quelques changements se font sentir. Désormais, l’intégration du contenu est mesurée à partir de vecteur bien précis, qui sont : l’engagement et l’image par le biais du brand content.

Les sources d’informations diversifiées

Aujourd’hui plus que jamais, les supports d’informations fleurissent ici et là. En plus de cela, toutes les entreprises, petites et grandes, ont su identifier exactement la place que devait avoir le contenu. C’est ainsi qu’est venue la prise de conscience sur le besoin de ressources d’informations supplémentaires. Et ces ressources sont puisées en interne. Ainsi, en plus des professionnels et des prestataires en externes, les collaborateurs sont invités à produire plus de contenus.