Créer son site web

Avant de créer son site web, il faut définir quelques points. Tout d’abord, il faut planifier et définir les rubriques, les contenus du site. Il faut déterminer la complexité du projet ainsi que les connaissances en la matière. Les besoins et les exigences associés aux projets. Est-ce un site standard pour une entreprise ou une plateforme permettant aux utilisateurs de communiquer entre eux ? Il faut définir la difficulté technique, le temps et le coût.

Éditeurs de site web en ligne

Si vous réalisez un projet simple et que vous êtes débutant, des sites de tutoriels tels que Tuto.fr, Codecademy et W3Schools peuvent aider à apprendre à créer un site web. Certains éditeurs sont gratuits. D’autres sont payants à moindre coût avec un forfait pack par mois. Par exemple, pour 10€/mois environ, vous pouvez obtenir le design, l’outil de conception du site, l’hébergement, le nom du domaine, les adresses mail et l’assistance technique. L’éditeur peut intervenir également dans les aspects plus complexes du projet. Le tarif de l’éditeur de site web en ligne revient moins cher que le tarif de l’intervention d’une agence ou d’un webdesigner. Les éditeurs en ligne sont nombreux. Les plus connus sont WIX, Jimdo et Weebly.

Éditeurs en ligne plus complexes

Pour un projet plus complexe, il existe les systèmes de gestion de contenu, le CMS ou Content Management System. Il gère le contenu, le modèle, le thème, l’hébergement. On choisit un thème et on le personnalise. Par exemple, on peut créer des fiches produits pour le site e-commerce, avec des formules de contact. Ensuite, on crée des pages. Il n’y a pas besoin d’avoir une connaissance de langage de programmation.

Trouver le nom de domaine

Le nom de domaine correspond à notre adresse postale sur internet. Il est indispensable lors de la création d’un site. Cette adresse internet est composée d’un préfixe www (world wide web) et d’un nom de domaine. Ce dernier est composé également d’extension. Il existe différents types d’extensions . Générique : par exemple .com ou .org. Locale : ciblé géographiquement tel que .fr pour la France, .be pour la Belgique. Et enfin personnalisé. Par exemple .blog ou .shop. Le nom du domaine est très important, car il véhicule une image représentative du propriétaire du site internet.

L’hébergement web

L’hébergement web consiste à afficher les sites web. Il met à disposition des internautes les sites web. Le choix du type d’hébergement web varie en fonction des besoins : de la capacité de stockage, du nombre de visites attendues, de la sécurité assurée par l’hébergeur. Un hébergement web n’est pas coûteux. Il peut commencer à partir de 2.99€ HT/mois avec un nom de domaine offert. Après avoir trouvé l’hébergeur, le site peut être publié.

Quels sont les différents types de sites web ?

Une grande majorité s’accorde à définir généralement un site web comme l’équivalent d’un blog ou d’un site internet. Mais, quel que soit l’aspect pour lequel vous optez, retenez que le site web constitue la première et principale vitrine numérique de votre entreprise pour vos relations avec vos clients.

Les sites web utilisés pour obtenir une grande visibilité

Pour obtenir une grande visibilité, vous pouvez opter pour les sites vitrines. Ils ont pour rôle d’informer et de mettre en avant l’image de votre entreprise. Sur ce type de site, vous avez la possibilité de présenter vos différentes activités, vos divers produits ainsi que vos services.

Les sites institutionnels

Ce type de site vise à présenter l’organisation et les différentes valeurs de l’entreprise. On peut y retrouver les descriptions plus ou moins détaillées des différentes activités de l’entreprise, mais également la transmission des chiffres clés ou encore les autres informations nécessaires au public visé.

Les sites e-commerce ou sites marchands

Ces types de sites sont principalement utilisés pour vendre directement vos différents produits et services sur le net. Les internautes qui s’y intéressent peuvent vous payer directement en ligne via les différents banques et portefeuilles virtuels actuellement en vogue.

Les sites intranet

Ce type de site web fait partie de la catégorie des sites privés et internes. De ce fait, ils sont généralement rencontrés au sein des entreprises pour effectuer des partages d’informations professionnelles. Selon les hiérarchies, ces sites peuvent être soumis à des droits et seules des personnes ayant une certaine priorité pourront y avoir accès.

Les portails

Cette catégorie de site web propose généralement une messagerie, un calendrier ainsi que des panneaux d’actualités.

Les sites personnels

On rencontre également des sites personnels qui sont majoritairement créés par des professionnels suite à une passion à un thème ou un sujet particulier. On distingue à titre d’illustration des sites dédiés à la photographie, aux animaux sauvages, aux moyens de locomotion, etc.

Les blogs

Parmi les sites professionnels les plus ouverts, on rencontre les blogs. Plusieurs activités y sont généralement proposées sous différents thèmes. Et comme bonus, les visiteurs, membres ou internautes ont la possibilité de laisser des commentaires.

Les sites communautaires ou réseaux sociaux

Le but initial de ces types de sites web reste la mise en relation des internautes entre eux. Ils peuvent de ce fait se réunir autour d’un intérêt commun ou se partager des informations sur un sujet particulier.

Se protéger davantage par la compréhension du mécanisme des attaques web

Les attaques web se développent de plus en plus aujourd’hui. Il s’agit même d’un problème à l’échelle mondiale. De nombreux malwares piratent chaque jour, des systèmes et serveurs importants. Heureusement, il est possible d’y remédier. La connaissance du mécanisme des attaques web en est un début.

Les services web sont vulnérables

Les outils informatiques sont des appareils indispensables pour l’humanité. Tous les dossiers et programmes de toutes sortes sont traités à partir de ces derniers. Néanmoins, ils peuvent aussi connaître des failles. La sécurité en est un exemple. De nombreux virus attaquent toujours ces derniers, malgré les aménagements effectués par les concepteurs. Cette vulnérabilité peut atteindre plusieurs types de programmes. Le serveur ou l’URL en sont des exemples.

Le serveur est le premier système le plus attaqué. Néanmoins, grâce à un renforcement de sécurité important, les attaques se font rares.
L’URL est aussi fortement utilisée par les pirates pour modifier le résultat du serveur web. Pour cela, plusieurs processus peuvent être effectués. Le hacker peut injecter des commandes SQL dans l’URL ou appliquer un code HTML.

L’injection des commandes SQL

Appelé Structured Query Language, le SQL est un langage permettant de se communiquer avec une base de données. Pour y parvenir, l’attaquant va introduire des commandes dans le SQL, afin d’accéder à la base de données. Il va ensuite modifier le site web, le télécharger ou même le supprimer. 

Les différents types d’attaques

Il existe plusieurs façons d’infecter le service web. Le pirate informatique peut attaquer les réseaux, le système ou les sites web.

L’attaque de réseaux consiste surtout à la manipulation du service web. Il peut s’agir d’une attaque par déni de service ou DOS en anglais. Elle consiste à rendre un service web, inaccessible durant un temps déterminé. L’utilisateur ne pourra donc pas voir le site durant la manipulation. Ce type d’attaque est facile à appliquer. Il suffit, soit d’inonder le réseau par des requêtes pour perturber son fonctionnement, soit perturber la connexion.
L’attaque peut également se faire par le biais du balayage de port ou usurpation d’IP. Le balayage est effectué dans le but de trouver les ports ouverts à l’intérieur d’un serveur de réseau. Quant à l’usurpation d’IP, elle consiste à envoyer plusieurs adresses IP sur l’ordinateur, afin de masquer la vraie identité.
Les attaques du système se font soit par « l’écran bleu de la mort », soit par « fork bumb ». Le premier consiste à afficher une erreur sur l’ordinateur. Le second est une création de grands nombres de processus afin de saturer l’espace disponible.
Les mots de passe peuvent être aussi manipulés grâce à des systèmes de piratage. Parmi eux, on peut citer l’utilisation de la force brute ou l’attaque par dictionnaire.
Enfin, les attaques de sites web consistent à injecter des codes et des langages afin de modifier le rendu du site.

Connaître la programmation, indispensable pour devenir un bon développeur

Le monde de l’informatique vous passionne ? Vous souhaitez devenir un bon développeur web, doué et expérimenté ? Alors, vous devez d’abord connaître la programmation. Celle-ci est, en effet, la principale activité d’un développeur web. Alors, qu’est-ce que la programmation ? Et comment faire pour la maîtriser ?

La programmation : qu’est-ce donc ?

L’exécution de l’ordinateur se fait par le biais des programmes. Ces programmes sont présentés comme des logiciels. Sans ces derniers, l’ordinateur ne pourrait pas fonctionner ou exécuter des tâches. La programmation consiste donc à créer et à concevoir des logiciels, qui vont effectuer une tâche spécifique. Cette activité est effectuée par le développeur web. Il va utiliser ses connaissances en programmation, pour réaliser des applications spécifiques.

La programmation s’effectue par l’intermédiaire de plusieurs langages informatiques. Il s’agit de l’écriture du programme, avec des vocabulaires particuliers. La longueur des écritures varie en fonction des actions du logiciel. Plus les actions sont abondantes, plus on utilise des langages informatiques. D’ailleurs, il existe des centaines de langages, en matière de programmation. Parmi les plus utilisés, on peut citer : le JavaScript, le Python, le Java, le C++ ou le PHP. Néanmoins, leur utilisation dépend de la fonctionnalité du programme.

Comment maîtriser la programmation ? 

Si vous souhaitez devenir un bon développeur, vous devez d’abord maîtriser la programmation.

Pour cela, vous devez connaître plusieurs langages informatiques. Si vous débutez dans le domaine, vous pouvez commencer par choisir un langage spécifique. Tous les langages de programmation ont leur propre fonctionnalité. Vous devez donc apprendre la spécificité, l’utilité et la position de ce langage. Puis, continuez avec des langages plus complexes. Au fil du temps, vous finirez par maîtriser des centaines d’écritures informatiques.

Il est également possible de prendre des cours sur la programmation. En effet, cette dernière ne se limite pas aux langages informatiques. Il existe aussi d’autres compétences à connaître. En vous inscrivant à un cours, vous aurez l’assurance de bien maîtriser la programmation. Plusieurs universités inscrivent déjà la programmation dans leurs spécialités. Vous pouvez ainsi les intégrer. Vous pouvez aussi recourir à des universités en ligne, qui enseignent les cours via internet. Enfin, vous pouvez apprendre par vous-même, par l’intermédiaire des tutoriels en ligne ou des livres de référence.

Pour finir, vous ne devez jamais arrêter de programmer. Cela permet de vous familiariser avec le monde de la programmation. De même, faites des recherches régulièrement. La programmation est un domaine complexe. De nouvelles découvertes peuvent apparaître tous les jours.

Quelques qualités d’un bon programmeur web

Mis à part les compétences techniques, plusieurs qualités sont aussi requises chez un programmeur. Tout d’abord, vous devez beaucoup pratiquer. Cela permet de renforcer votre compétence et de corriger vos erreurs. Ensuite, soyez courageux et curieux. Enfin, vous devez pousser vos limites et améliorer davantage votre performance.